Trophée de l’Anneau du Rhin 12ème édition

Putain de Wheeling !

Pourquoi putain de wheeling ? Car après un week end parfait sous un super soleil, ponctué de belles rencontres, de partages, de rires, d’apéros, de performances, de chutes, de problèmes mécaniques et de succès total pour cette 12ème édition du trophée de la vitesse, il fallait que je termine par une prestation digne d’un débutant………. Avec ce wheeling tout pourri que même Bertrand Stey pourrait égaler ! C’est aussi le seul moment du week end ou j’ai pris conscience que je n’étais plus si jeune que ça finalement, et que mes problèmes d’équilibre ne vont pas en s’améliorant !

L’intro terminée (il en fallait une), voici ma version de cette ultime manche du Championnat d’Alsace qui, vu le nombre de postes, messages, photos et commentaires sur les réseaux sociaux, a été un véritable succès aux yeux de toutes et tous !

Nous l’attendions avec impatience, et nous n’avons pas été déçus ! A la vue des deux éditions précédentes, ce rendez-vous ce devait d’être une réussite, et il l’a été !

Sportivement, humainement, techniquement, organisationnellement, météorologiquement, tout a été réuni pour que la fête soit belle afin de remette l’église au centre du village. Le sport a repris sa place et quelle place, avec des manches de toute beauté, un très beau niveau, des pilotes heureux et un public venu nombreux pour profiter de ce beau spectacle organisé par mon club Passion Vitesse !

Le plein fait, la batterie chargée, les pressions non vérifiées, une belle caisse à outil toute neuve offerte par mon pote Cédric Vella, une table de foire, un matelas et deux couettes, et me voici parti pour l’Anneau du Rhin que je n’avais plus fréquenté depuis mes derniers tours de roues lors de la soirée « fête de la musique » le 21 juin.

Le décor est planté dès ce vendredi soir, avec la mise en place du box et apéro avec la bonne petite équipe de bas-rhinois.

Samedi matin, les choses sérieuses commencent avec les premiers essais. 4 tours durant la première série suffiront à me mettre dans le rythme et me donner envie d’y retourner très vite.

Les séances se succèdent durant la journée, les chronos descendent sans pour autant être transcendants, mais la confiance et le feeling sont là. Physiquement, je suis marqué par mes ballades trail des dernières semaine, je sens que je manque de roulage et que ce ne sont pas les mêmes muscles que j’ai l’habite de faire travailler, mais pas d’inquiétude là-dessus, ça va passer….

Je me qualifie 4ème pour la course sprint de 8 tours organisée ce samedi soir, ce qui me satisfait pleinement. Durant le tour de chauffe, ma sélection de boite manque de précision, et au moment de la mise en grille, je me rends compte que mon sélecteur ne tient plus qu’à un fil…… ! Trop tard pour tenter quoi que ce soit, le départ est donné !

L’envol est bon, je passe Kevin à la cassure, et je me cale derrière loïc déjà sur un très bon rythme. Le premier tour avalé, je maintien la cadence et reste « collé » à la Triumph, mais le miracle n’aura pas lieux, et la rotule de sélection décide de me lâcher. La mort dans l’âme, je rentre au box et j’entame directement la réparation avec Cédric afin de remettre tout en ordre pour le lendemain pendant que Loïc caracole en tête !

La soirée de samedi sera placée sous le signe de la convivialité et de la mécanique, car notre ami Rémi Fugler avait décider de nous donner du boulot au cas où…….. 😉

Dimanche, la pression monte, les repères de la veille devrait m’aider à progresser et me placer sur la première ligne lors des qualifications.

Première séance, histoire de me remettre en place, une petite erreur de débutant me fera gouter le bitume au cas où je ne me souvenais plus de la sensation. J’avoue que cette sensation me manquait et c’est presque heureux que je rentrais au box vider mon sabot plein de gravier…….. !

Quelques minutes plus tard, la moto est déjà opérationnelle pour les prochaines séances.

Ultime qualification, je me réveil et j’arrache une belle 2ème place juste derrière Loïc qui a décidément prévu de faire le grand chelem !

L’ambiance est détendue avant la final, et c’est prêt à en découdre que j’aborde le moment le plus important du week end.

Les feux passent au vert, je m’envole parfaitement et j’emboite le pas à Loïc (encore lui) ! Dès le premier tour nous imprimons un rythme d’enfer. A coup de 1 :28 au tour, les trajectoires sont précises, les freinages appuyés, nous prenons un pied incroyable. Le spectacle semble beau et nous avons l’impression d’être seules au monde tant les choses se déroulent parfaitement…… ! Les tours passent, il s’éloigne, je me rapproche et ainsi de suite jusqu’à l’arrivée sur nos amis « retardataires » ou la loterie fera son effet et figera nos positions sous le drapeau à damier. A ce moment, premier ou deuxième n’avait plus vraiment d’importance, tant nous nous sommes amusés.

Loïc méritait cette victoire et a été dominateur tout le week end, c’était le sien et personne ne pourra lui enlever ! Je suis heureux pour lui et les personnes qui le soutiennent !

Ce week end, c’était aussi celui de Dany et Thierry Sélig, qui méritaient se succès tant attendu et qui arrive à point avant la trêve hivernal, histoire de mieux préparer 2018 ! 😉

Je pense également aux nombreux pilotes qui progressent d’année en année et en qui la passion est encrée……

2018 sera surement l’année de mon retour sur une 1000. Même si j’adore le pilote de la 600cc, j’ai bien envie d’améliorer mes wheeling, alors il parait que c’est plus facile avec 200cv….

Merci ma chérie Léonor de m’avoir supporté ces dernières semaines « chargées » et de passer comme chaque année, son anniversaire à l’Anneau, merci Cédric d’être présent à mes côtés, merci Nico pour ce beau montage que tu me prépare, merci aux personnes venues me soutenir, merci à mes ami(e)s présents de près ou de loin.

La vie est belle, et vive le sport !

A bientôt !

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *